C’est le genre de commentaires que je vois très souvent sur mes réseaux sociaux quand j’aborde le sujet : « J’aimerais faire du yoga mais je suis trop raide / je ne suis pas assez souple« .

Il est vrai que quand on découvre le yoga, on peut vite avoir l’impression qu’une certaine souplesse soit absolument nécessaire pour le pratiquer…

Mais je peux vous affirmer que ce n’est pas un problème. Et surtout, ça ne doit pas être un frein à votre pratique du yoga !

Pourquoi ? Parce que quand on veut faire du yoga, la souplesse est une notion toute relative et surtout complètement personnelle.

Ce qui est important pour pratiquer, c’est d’abord de comprendre les postures du yoga, ensuite d’établir un dialogue entre votre corps et votre esprit, grâce à 3 éléments-clés que je vous explique dans ce billet.

Mais si vous débutez totalement, je vous conseille de commencer par lire mon article sur le sujet.

 

Comprendre les postures pour faire du yoga

La partie physique du yoga, par la pratique des asanas (les postures de yoga), vise à « maintenir la force et la santé du corps, et son harmonie avec le cosmos » – B.K.S. Iyengar, Bible du Yoga.

Il s’agit donc de maîtriser son corps pour en faire le digne véhicule de l’âme.

Pour simplifier, on peut considérer les asanas comme une manière de reprendre le contrôle de son corps, de le fortifier et d’entretenir sa santé.

Et par la concentration que cette pratique implique, on peut voir les asanas comme une méditation en mouvement.

Faire du yoga ne consiste donc pas à « performer » ou à reproduire exactement la posture avec la même maîtrise que le professeur, le manuel ou la personne de laquelle vous vous inspirez.

Vous devrez toujours adapter votre pratique en fonction de vos propres possibilités. Et par conséquent, écrire vous-même votre progression physique et mentale.

 

Etablir un dialogue entre corps et tête

Plus vous serez en capacité d’instaurer un tel dialogue, et mieux vous parviendrez à comprendre vos blocages, déséquilibres et autres résistances.

Grâce à cette écoute et à cette compréhension, et aux signaux que vous renvoie votre corps, vous parviendrez à ajuster chacune de vos postures. Afin d’amener progressivement votre corps là où vous le souhaitez.

Vous constaterez avec joie en continuant votre pratique que petit à petit, votre corps deviendra plus maniable. Il répondra de mieux en mieux à vos demandes.

Autrement dit, vous n’avez pas besoin d’être souple pour faire du yoga. Mais le yoga vous permettra de gagner en souplesse et en force.

 

Et pour cela, 3 éléments-clés vont vous y aider :

  • la conscience
  • l’autodiscipline
  • l’écoute et la communication

 

La conscience pour contrôler son mental

En pratiquant les asanas, vous allez créer et améliorer cet état de conscience en mouvement. Et cela va vous permettre peu à peu de renforcer et d’assouplir votre corps.

En réalité, par ce processus, c’est votre mental lui-même que vous renforcez.

Par votre pratique, vous allez apprendre à accepter votre état avec humilité, en laissant partir votre frustration pour laisser place à l’apprentissage et à la progression.

Mais ça n’est pas chose facile quand on a tendance à se regarder de l’extérieur et à continuellement se juger :

  • « Pfff qu’est-ce que je suis raide »
  • « J’ai vraiment l’impression de bouger comme un manche »
  • « Je ne vais pas y arriver »
  • « Ça fait mal, j’ai envie d’arrêter »

 

Je le sais bien, ces petites phrases tournent en boucle dans la tête quand on commence à faire du yoga…

Pourtant, il va falloir apprendre à les laisser passer sans s’y accrocher. Apprendre à faire taire l’ego et toutes ses petites manifestations intempestives.

Car c’est à la conscience de prendre le pas sur les bavardages permanents du mental qui proteste au moindre effort et inconfort.

Et c’est avec la pratique qu’il va devenir de plus en plus facile de ne plus y prêter attention, jusqu’à ce que toutes ces pensées parasites disparaissent.

 

faire du yoga femme en pleine pratique

 

 

L’autodiscipline pour instaurer de bonnes habitudes

Attention, ça n’est pas facile de se retrouver face à soi-même sur son tapis quand on veut faire du yoga.

Il va falloir faire face à ses faiblesses, ses inconforts, son instabilité… Affronter le mental qui mène sa dictature tant qu’il le peut sur notre conscience.

Vous devrez réussir à surmonter toutes ces barrières mentales :

  • incapacité à supporter l’inconfort
  • tendance à vouloir échapper à l’effort
  • pensées intempestives
  • jugement et dépréciation…

Cela demande du travail, et de la discipline.

 

Car de la discipline, il en faut pour instaurer une routine constante qui mènera à la progression. Malgré l’inconfort, les difficultés, et l’effort de concentration et les conflits intérieurs qui peuvent survenir.

Aucun yogi n’est arrivé à la maîtrise et la sagesse sans avoir emprunté ce chemin. C’est un entraînement de longue haleine du corps et de l’esprit.

Vous voulez progresser dans cette voie de la maîtrise ?

Alors fixez-vous un rendez-vous régulier pour votre pratique des asanas.

Plusieurs fois par semaine selon vos possibilités. Voire pourquoi pas chaque jour si vous pouvez vous y tenir… Mais sans nécessairement planifier de longues séances.

Quand on veut faire du yoga, il vaut mieux une pratique régulière de 10 ou 20 minutes plutôt qu’une grande séance une fois de temps en temps en fonction de votre motivation du moment.

 

L’écoute et la communication pour aller plus loin

Votre pratique physique du yoga va vous confronter à vos faiblesses physiques et mentales.

Et c’est seulement par la voie d’une pratique régulière que vous allez acquérir petit à petit de l’assurance, et vous voir progresser.

Votre volonté se fera plus forte, vous aurez de moins en moins de difficultés à maintenir une concentration constante. Peu à peu vous parviendrez à amener vos muscles à se délier, et vos structures à se renforcer. Vous allez mieux comprendre vos blocages et être capable de les appréhender de manière adaptée.

Votre conscience va se déployer dans chaque recoin de votre corps, jusqu’à chacune de vos extrémités.

 

Vous pourrez laisser passer sans vous y accrocher les signaux d’inconfort liés à la douleur réactionnelle au moindre étirement, ou à la fatigue musculaire. Tout en étant capable cependant d’identifier vos limites en fonction de vos capacités actuelles.

Par votre respiration, par votre attention tournée vers ce qui se passe à l’intérieur, vous allez rassurer votre corps. Et lui faire comprendre qu’il peut exécuter ce que vous lui demandez en toute sécurité.

Tout ceci résulte de ce précieux dialogue entre corps et tête que vous avez instauré. Cette communication va se renforcer et devenir plus claire avec la constance de votre pratique.

 

Les erreurs à éviter quand on veut faire du yoga

En tant que coach, j’ai souvent récupéré des client.es blessé.es par leur pratique du yoga.

Bien que considérée comme une approche douce, la pratique physique du yoga peut se révéler parfois très traumatisante pour les structures articulaires et musculaires.

Parce que souvent, la communication entre le corps et la tête ne s’est pas instaurée justement.

On se concentre TROP sur les postures à reproduire (en cours ou à la maison) sans prêter attention aux manifestations du corps et à la stabilité de ce dernier. Et c’est une erreur qui peut être lourde de conséquences.

 

Donc si vous souhaitez commencer à faire du yoga en toute sécurité et réellement progresser, ne passez surtout pas à côté de ces fondements essentiels :

  • Concentrez-vous sur votre pratique, et non sur ce que fait votre voisin.e de cours
  • Adaptez les postures en fonction de vos possibilités à vous
  • Ne vous comparez pas aux autres (et surtout pas à ce vous voyez sur les réseaux sociaux !)
  • N’essayez pas de mimer ce que vous voyez sans comprendre la finalité de la posture

Immergez-vous au plus profond de vous, dans chaque parcelle de votre corps, et instaurez ce dialogue essentiel à votre progression. Vous en tirerez d’énormes bénéfices.

 

Mes 2 petits trucs pour progresser

Votre pratique constante et régulière du yoga, menée avec de bonnes intentions, vous mènera bien au-delà de ce que vous imaginez.

Mais on oublie souvent et trop vite d’où on est parti.e quand on a décidé de faire du yoga.

Alors n’hésitez pas à noter votre ressenti après chaque séance. Ce journal de bord vous donnera des éléments essentiels sur votre progression.

Et pourquoi ne pas vous filmer de temps à autres pour avoir une analyse extérieure sur votre pratique ?

Ces images pourront vous donner des indications intéressantes sur ce que vous ne ressentez pas encore… Et surtout elles constitueront de précieux témoignages de votre progression.

 

Pour conclure enfin, gardez bien à l’esprit que personne n’est ni trop raide, ni pas assez souple pour faire du yoga. Tout dépendra de votre volonté, pas de votre physique.

Je vous souhaite une belle et lumineuse pratique du yoga.

 

Et vous, comment ça se passe de ce côté-là ? Dites-le moi dans les commentaires !

amandine l signature

 

Faut-il être souple pour faire du yoga ?